L’astuce du mois

Régulièrement, SOS Uni Travaux vous offre dans cette rubrique un « plan malin » pour parfaire vos rédactions. C’est l' »astuce du mois ».


Astuce, mars 2012
« Comment réussir son introduction? »

Introduire, avant tout, c’est se présenter. Les premiers mots de votre texte permettent de savoir qui vous êtes et ce qui vous intéresse. Introduire c’est aussi séduire. Le charme de votre travail opère dès l’introduction… ou n’opère jamais. L’introduction est donc censée susciter l’intérêt du lecteur pour votre rédaction, quel que soit son volume, peu importe sa nature.
C’est pourquoi votre introduction donnera, dès les premières lignes, une impression absolument favorable et posera le thème abordé de façon claire et  « gourmande », (car c’est bien de gourmandise pour votre sujet dont-il s’agit). J’ai coutume de conseiller à l’auteur (étudiant ou professionnel) de présenter le sujet comme si personne ne le connaissait, même pas lui-même! Il faut être précis d’entrée, pour cette « mise en contexte », mais sans aller à l’extrême détail : on « se présente », tout simplement! Bien entendu, les fautes d’orthographe et autres errements de style sont à proscrire à ce niveau… rater la première marche lorsqu’on souhaite monter dans le bus peut s’avérer particulièrement douloureux! En revanche, le soin apporté à votre introduction sera toujours récompensé!
Une méthode simple et sans faille, en trois étapes : poser d’abord les contours du travail (présenter l’intérêt de son sujet) ; poser ensuite la problématique (expliquer le problème que votre travail souhaite résoudre et comment il le fera) ; poser pour finir le plan (annoncer les grandes lignes de votre document).
Introduire, enfin, c’est résumer. En un clin d’oeil, le lecteur doit entrevoir de quoi il sera question dans votre texte…et sentir ce qu’il apporte de précieux (sans avoir à le lire en intégralité)!  D’ailleurs, et si ce cher lecteur arretait net sa lecture à votre introduction? « Impossible » vous dites?!  N’en soyez pas si sûr, cela arrive encore! A mon avis, mieux vaut réussir son introduction, c’est certain. Et je vous le souhaite.
F.M.
Publicités